Les Amis de Garabandal

c/o Karlen - case postale 122

1211 Genève 19 - Suisse

E-mail : garabandal@bluewin.ch

www.lesamisdegarabandal.com

Accueil des Amis de Garabandal Suisse.

Historique et Messages.

Les Apparitions.

L'Avertissement... imminent ?.

Le Grand Miracle... imminent ?.

Le Châtiment.

L'Eglise et Garabandal.

Padre Pio et Garabandal.

Père Luis Andreu et Garabandal.

La consécration de la Russie.

Dévotions importantes.

Le Purgatoire.

Le Saint Scapulaire.

Histoire du Scapulaire.

L'Art de se confesser.

L'enfer existe, par l'Abbe Marcel Nault.

Voyage pour le Miracle.

Inscription pour le Miracle.

Organisateurs pour le voyage du Miracle.

Prophéties en attente.

Les trois Papes.

Fin des temps.

Joey Lomangino.

Qui est Bergoglio.

Le baiser de paix.

Le Feu sacré du tombeau du Christ.

Béatification de J-P II.

Les voyantes.

Itinéraire.

Liens.

 

DÉVOTIONS IMPORTANTES

 

LES CINQ PREMIERS SAMEDIS DU MOIS

 

« Pour éviter la guerre, nous avait dit Notre-Dame, le 13 juillet 1917, à Fatima, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé (ce qui à ce jour n’a toujours pas été fait comme la Vierge l’avait demandée) et la Communion réparatrice des premiers samedis. »

 

Elle vint, en effet, le 10 décembre 1925. Lucia dos Santos est entrée au noviciat des sœurs de Sainte-Dorothée, et, par suite de l'expulsion des ordres religieux du Portugal, le noviciat est transféré à Pontevedra, en Espagne.

 

Au cours de l'apparition, Notre-Dame dit: « Regarde, ma fille, mon cœur entouré d'épines que les hommes ingrats, à tout moment, lui enfoncent par des blasphèmes et des ingratitudes. Toi, du moins, cherche à me consoler, et dis que je promets d'assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires au salut, tous ceux qui, le premier samedi, cinq mois de suite, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant les 15 mystères du Rosaire, avec l'intention de me faire réparation. »

 

Tenir compagnie à notre Mère pendant un quart d'heure, méditer sur le prix de sa douleur tout au long de sa vie et plus spécialement au moment du sacrifice suprême de son Fils Jésus. Le mystère de la souffrance de la Vierge Marie devrait nous remplir d'amour et de reconnaissance infinie ; d'où le besoin de nous retrouver au cœur à cœur avec Elle, de repenser pieusement tous les sacrifices consentis pour nous et de les méditer en cherchant à l'imiter.

 

Mère admirable qui n'a d'autre volonté que de donner, à tous ses enfants de la terre, l'héritage spirituel des vertus dont le Père l'a comblée, héritage qu'Elle nous communique lorsque avec elle, nous prions et méditons le Saint Rosaire.

 

Le 15 février 1926 et le 17 décembre 1927, Notre-Seigneur a insisté sur la propagation de cette dévotion, et Sœur Lucie écrit: « De la pratique de la dévotion des premiers samedis, unie à la consécration au Cœur immaculé de Marie, dépend la guerre ou la paix du monde ».

 

Quelques années plus tard, en juin 1930, Sœur Lucie répondant aux questions de son confesseur, le Père Goncalvès, écrivait: « Que le Seigneur lui avait fait entendre pendant l'Heure Sainte qu'elle faisait à la chapelle, dans la nuit du 29 au 30 mai précédent, qu'Il promettait de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint Père daignait faire et ordonnait aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux saints cœurs de Jésus et de Marie, et promettait d'approuver et de recommander la pratique de cette dévotion réparatrice des premiers samedis. »

 

A notre bonne volonté, notre Mère répondra sans compter, comme elle a répondu à l'acte de plusieurs Souverains Pontifes:

 

- Le 25 mars 1858, en déclarant qu'Elle était l'Immaculée Conception, Marie répondait à l'acte de Pie IX définissant en 1854, cette vérité comme dogme de foi.

 

- Le 5 mai 1917, le pape Benoît XV ordonna d'ajouter aux Litanies de Lorette l'invocation nouvelle: « Reine de la Paix, priez pour nous ».

 

Huit jours après, avait lieu la première apparition de Notre-Dame, à la Cova da Iria et la présentation d'un message de paix pour le monde.

En 1942, Pie XII accablé par le cataclysme de la guerre, qui se prolongeait et s'aggravait par l'entrée en guerre du Japon et des États-Unis, décida en l'année du 25ème anniversaire des Apparitions de Fatima, de consacrer le monde au Cœur Immaculé de Marie non sans faire d'abord une allusion au Portugal.

 

« Aujourd'hui, la quatrième année de la guerre est commencée. Elle s'annonce plus sombre encore par l'extension du sinistre conflit. Plus que jamais, il ne nous reste aujourd'hui que la confiance en Dieu, et comme Médiatrice devant le trône de Dieu, Celle qu'un de nos Prédécesseurs, au cours de la première guerre mondiale, a ordonné d'invoquer comme la Reine la de la Paix. Invoquons-La encore une bis ! Elle seule peut nous secourir. Elle dont le cœur maternel s’est ému devant les ruines qui s’accumulaient dans votre Patrie et l'a secourue d'une façon si merveilleuse. Elle, qui touchée de compassion devant la prévision de l’immense malheur par lequel la justice divine veut châtier le monde, a indiqué d'avance la prière et la pénitence comme le chemin du Salut. Elle ne peut nous refuser sa tendresse maternelle et efficacité de son patronage. »

Ensuite le Saint-Père prononçait l’acte de consécration dans lequel il faisait allusion à la Russie.

 

Depuis la situation n'a cessé de se détériorer et nous savons combien S.S. Paul VI a eu à en souffrir. Les oppositions ont été et restent nombreuses. Il est mal venu de parler du Message laissé par la Vierge Marie, a trois petits enfants du Portugal et pourtant, nous savons bien que sa mise en application entraînerait sans retard, une ère de paix, promise par notre Mère.

 

Nous comprenons aussi que les ténèbres ont envahi la terre et que chacun de nous, ne doit compter que sur lui-même, pour faire avec une immense générosité, qui est charité, ce que notre Mère et son Divin Fils, nous ont enseigné à Fatima, et qui concerne non pas seulement le Portugal, mais le monde entier. C'est pourquoi l'Apostolat mondial de Fatima œuvre dans toutes les parties du monde.

 

CINQ SAMEDIS POUR CINQ OFFENSES.

 

I) Les blasphèmes contre l'Immaculée Conception.

 

2) Contre la virginité perpétuelle de Marie.

 

3) Contre sa Maternité divine et contre le refus de la reconnaître également comme Mère des hommes

 

4) Le mépris et la haine contre cette Mère immaculée et l'indifférence que l'on cherche à mettre dans le cœur des enfants.

 

5) L'outrage de ceux qui l'attaquent dans ses saintes images.

 

Aujourd'hui, en 1986 nous comprenons beaucoup plus clairement la révélation de Jésus sur la nature des offenses faites au Cœur immaculé de sa Mère, car c'est désormais publiquement et quasi officiellement que la Vierge Marie est en butte aux outrages les plus bas.

 

La dévotion qui nous est demandée depuis 60 ans, n'est encore que peu répandue dans l’Église, ce qui rend compréhensible l'état de décomposition du monde, puisque de cette dévotion unie à notre consécration au Cœur immaculé de Marie dépend la guerre ou la paix.

 

N'attendons plus, rendons-nous à la prière de notre Mère et lorsque nous aurons fait pour notre salut personnel, les cinq premiers samedis, Poursuivons notre effort pour le salut de notre Patrie et du monde entier.

 

LES PROMESSES DU SAINT ROSAIRE

Promesses faites par Notre-Dame à saint Dominique

et au Bienheureux Alain de la Roche

 

1. Quiconque récitera pieusement le Rosaire et persévérera dans cette dévotion verra toutes ses prières exaucées.

2. Je promets une très spéciale protection et des grâces de choix aux dévots du Rosaire.

 

3. Le Rosaire sera un bouclier impénétrable, ruinera les hérésies, affranchira les âmes du joug du péché et des instincts mauvais.

 

4. Le Rosaire fera germer les vertus, attirera les miséricordes divines, remplacera dans les cœurs les affections périssables par le saint amour de Dieu et sanctifiera des multitudes d'âmes.

 

5. L'âme qui me témoignera sa confiance par la récitation du Rosaire ne périra pas.

 

6. Aucun de ceux qui récitent avec piété le Rosaire ne fera une fin malheureuse : pécheur, il se convertira ; juste, il persévérera jusqu'à la fin dans la grâce.

 

7. Je veux que tous ceux qui récitent dévotement le Rosaire trouvent dans leur vie et à leur mort réconfort et lumière et participent à la vie des Bienheureux.

 

8. Les vrais dévots du Rosaire ne mourront point sans le secours de l'Eglise.

 

9. Je délivrerai du purgatoire les dévots du Rosaire.

 

10. Ceux qui auront vraiment aimé et pratiqué cette dévotion jouiront dans le Ciel d'une gloire particulière.

 

11. Tout ce que l'on me demandera en récitant le Rosaire, on l'obtiendra.

 

12. J'ai obtenu de mon Fils que les dévots du Rosaire aient comme frères dans la vie et dans la mort les Bienheureux du Paradis.

 

13. J'assisterai dans toutes leurs nécessités ceux qui propageront le Rosaire.

 

14. Les dévots du Rosaire seront tous mes fils bien-aimés et les frères de Jésus-Christ.

 

15. La dévotion du Rosaire est une marque évidente de prédestination.

 

 

MARIE, REINE DU ROSAIRE

 

Apprenez-nous à accueillir le Fils de Dieu dans la Foi de l'Annonciation. Visitez-nous dans nos besoins, comme vous avez visité Élisabeth.

 

Enfantez-nous dans la grâce comme vous avez enfanté Jésus dans la chair. Offrez-nous de vos mains, avec lui dans le Temple, et, au terme de notre pèlerinage, recevez-nous pour trouver Jésus dans la maison du Père.

 

Obtenez-nous le courage de dire avec Jésus: « Père, que ta volonté soit faite ». Accordez-nous de reconnaître sa Présence en tous nos frères meurtris ou humiliés.

 

Enseignez-nous la douceur de notre roi couronné d'épines; et comment porter avec lui notre croix chaque jour pour connaître la communion à ses souffrances, avec vous, notre Mère, dans l'espérance.

 

Et quand viendra pour nous l'heure de quitter ce monde, puisions-nous connaître la puissance de sa Résurrection et monter à la demeure qu'il nous a préparée.

 

O Marie, sanctuaire de l'Esprit-Saint, obtenez-nous d'avoir part à l'effusion de Pentecôte, pour être, en Église, témoins de la bonne Nouvelle; et après cet exil, de nous réjouir tous ensemble, avec vous notre Reine élevée au Ciel, en présence du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

 

 

« JE SOUHAITE QUE CHAQUE ANNÉE, LE 8 DÉCEMBRE, À L'HEURE DE MIDI,on célèbre L'HEURE DE GRÂCE POUR LE MONDE ENTIER »

 

Petit résumé des apparitions à MONTICHIARI

 

Montichiari, avec son bourg annexe Fontanelle, est une petite ville de l'Italie du Nord, à 20 km de Brescia. Elle est située au pied des Alpes italiennes, dans la plaine du Pô et son nom peut se traduire en français par « montagne lumineuse »

 

Pierina Gilli naquit le 3 août 1911 à Montichiari et était infirmière à l'hôpital de ce lieu. La Sainte Vierge lui apparut la première fois dans une chambre de l'hôpital au printemps 1947. La Madone, sous l'aspect d'une dame d'une beauté merveilleuse, portait un vêtement violet et un voile blanc autour de sa tête. Elle était très triste et ses yeux étaient pleins de larmes qui tombaient à terre. Sa poitrine était transpercée par trois grands glaives. La Mère de Dieu lui dit : « Prière, Pénitence, Réparation ».

 

Le 8 Décembre 1947, plusieurs milliers de personnes venues de toutes parts étaient accourues pour l'apparition annoncée. Pierina Gilli s'agenouilla au centre de la nef à l'endroit où les autres apparitions avaient eu lieu.

Pendant qu'on disait encore le chapelet, Pierina s'écria : « Oh! la Madone ! » Aussitôt se fit un grand silence. La Madone se montra à Pierina sur un grand escalier blanc qui était orné des deux côtés de roses : des roses blanches, rouges et dorées. La Mère de Dieu sourit et dit : « Je suis l'Immaculée Conception » Et continuant à descendre l'escalier avec une grande majesté, elle dit : « Je suis Marie de la grâce, c'est-à-dire la pleine de grâces,Mère de mon divin Fils Jésus-Christ ». Descendant encore les escaliers, elle poursuivit : « Par ma venue ici, à Montichiari, je souhaite être invoquée et vénérée sous le nom « Rosa Mystica »


« JE SOUHAITE QUE CHAQUE ANNÉE, LE 8 DÉCEMBRE, À L'HEURE DE MIDI,on célèbre L'HEURE DE GRÂCE POUR LE MONDE ENTIER »« Par cet exercice, on obtiendra de nombreuses grâces spirituelles et corporelles » Et elle continua : « Notre Seigneur, mon divin Fils Jésus accordera sa très grande miséricorde pour autant que les bons continueront à prier pour les pauvres pécheurs. Qu'on veuille faire part, le plus vite possible au Pasteur suprême de l'Église catholique, le Pape Pie XII, que c'est mon souhait que cette HEURE de GRÂCE soit connue et diffusée dans le monde entier.

 

Cette HEURE DE GRÂCE est une heure de prières,soit seul ou avec un groupe de prières, dans votre église ou chez vous de 12h00 à 13h00, tous les 8 décembre. Celui qui ne peut pas se rendre à l'église doit prier chez lui à l'heure de midi (12h00 à 13h00) et il recevra alors mes grâces ». A ce moment la Mère de Dieu montra à Pierina son cœur et la Madone magnifiquement resplendissante d'amour laissa s'échapper ces mots : « Vois ce cœur qui aime tant les hommes, tandis que le plus grand nombre l'accable d'outrages ! » Ici elle s'arrêta quelques instants. « Lorsque les bons et les méchants s'uniront dans une prière unanime, ils obtiendront de ce cœur, miséricorde et paix. Présentement les bons ont obtenu par moi du Seigneur miséricorde ; celle-ci a arrêté un grand châtiment » Puis continuant en souriant : « Sous peu, on reconnaîtra la grandeur de cette heure de grâce ».Pierina remarqua qu'Elle voulait s'éloigner et lui dit : « Oh, belle et chère Mère de Dieu, je vous remercie. Bénissez ma patrie, l'Italie, bénissez le monde entier, tout particulièrement le Saint-Père, les prêtres, les consacrés, les pécheurs ! » La Mère de Dieu répondit : « J'ai déjà préparé une surabondance de grâces pour les enfants qui écoutent ma voix et qui prennent à cœur mes souhaits ». Par ces mots, la vision prit fin.

 

Prière d’abandont de Charles de Foucault

 

Mon Père, je m'abandonne à toi, fais de moi ce qu'il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j'accepte tout.

Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures,

je ne désire rien d'autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains. Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l'amour de mon cœur, parce que je t'aime,
et que ce m'est un besoin d'amour de me donner,
de me remettre entre tes mains, sans mesure,
avec une infinie confiance, car tu es mon Père.

Amen

 

Retour