Les Amis de Garabandal

c/o Karlen - case postale 122

1211 Genève 19 - Suisse

E-mail : garabandal@bluewin.ch

www.lesamisdegarabandal.com

Accueil des Amis de Garabandal Suisse.

Historique et Messages.

Les Apparitions.

L'Avertissement... imminent ?.

Le Grand Miracle... imminent ?.

Le Châtiment.

L'Eglise et Garabandal.

Padre Pio et Garabandal.

Père Luis Andreu et Garabandal.

La consécration de la Russie.

Dévotions importantes.

Le Purgatoire.

Le Saint Scapulaire.

Histoire du Scapulaire.

L'Art de se confesser.

L'enfer existe, par l'Abbe Marcel Nault.

Voyage pour le Miracle.

Inscription pour le Miracle.

Organisateurs pour le voyage du Miracle.

Prophéties en attente.

Les trois Papes.

Fin des temps.

Joey Lomangino.

Qui est Bergoglio.

Le baiser de paix.

Le Feu sacré du tombeau du Christ.

Béatification de J-P II.

Les voyantes.

Itinéraire.

Liens.

L’ÉGLISE ET GARABANDAL

 

Nouvel évêque à Garabandal en 2015 (en bas de page)

Première commission…

Doroteo Fernandez, administrateur apostolique de diocèse de Santander avait mis sur pied une commission d’enquête sur ces événements. La commission se composait de deux médecins et de trois prêtres et devait étudier les événements qui s’étaient produits pendant quatre ans et qui comprenaient des centaines de présumées apparitions. Les membres de cette commission ne se sont pas rendus au village plus de trois fois.

La position de l’Église, telle que rapportée dans la revue GARABANDAL de Janvier 68, est la suivante : «Ils ne se rendirent jamais en groupe à Garabandal, ne se réunirent jamais en réunion plénière, et ne présentèrent jamais de rapport conjoint. Certaines personnes exprimèrent leurs opinions négatives à l’avance et publiquement. Un des membres de la commission démissionna parce qu’il n’approuvait pas les méthodes utilisées. Un autre membre, le Père Saez, favorisait la thèse du surnaturel divin »… Monseigneur Fernandez transmit son rapport à la Congrégation de la doctrine de la Foi qui commenta son travail et accepta son évaluation sans ajouter de commentaires.

«Nous faisons remarquer que nous n'avons trouvé aucun motif de censure ecclésiastique portant à condamnation, ni dans la doctrine, ni dans les recommandations spirituelles que l'on a divulguées à l'occasion des Faits de Garabandal, en tant qu'adressées à des fidèles chrétiens; d'autant plus qu'elles contiennent une exhortation à la prière et au sacrifice, à la dévotion eucharistique, au culte de Notre Dame sous des formes traditionnellement louables, et à la sainte crainte de Dieu offensé par nos péchés. Elles rappellent simplement la doctrine ordinaire de l'Église en cette matière. Nous admettons la bonne foi et la ferveur religieuse des personnes qui accourent à Saint Sébastien de Garabandal, et qui méritent le plus profond respect... " De Santander, le 8 juillet 1965, Eugenio Fernandez, évêque, adm. Apost. de Santander)

Des études indépendantes dévoilèrent des méthodes et des procédures de la commission qui furent jugées très suspectes. Aujourd’hui, les experts de Garabandal ne les considèrent ni objectives, ni sérieuses.

L’évêque qui succéda à ce dernier conserva la même position…

 

Nouvelle directive…

Le 13 janvier 1966, Conchita fut convoquée à Rome par le Cardinal Ottaviani de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Elle lui fit une impression favorable. Elle fut reçue également par le pape Paul VI .

Le Pape Paul VI, lors d’une audience au Vatican, a dit à un Père Jésuite, au sujet de Garabandal : « C’est l’histoire la plus belle de l’humanité depuis la naissance du Christ, c’est comme la seconde vie de la Très Sainte Vierge sur la Terre, et il n’y a pas de mot pour la remercier ».

Puis en 1966, lors d’une audience publique, le Pape Paul VI s’est approché de la voyante Conchita, et malgré les tentatives des cardinaux présents pour l’empêcher de l’approcher, lui dit : « Je te bénis et avec moi toute l’Eglise te bénit ! »

Lors d’un entretien d’un quart d’heure avec le Pape, Conchita lui a donné la date du Grand Miracle.

Quelque temps après cet entretien au Vatican (le 14 octobre 1966), Paul VI a supprimé les Canons 1399 et 2318 qui interdisaient de se rendre dans les lieux de pèlerinages non reconnus et d’en divulguer les messages. Il accorda la bénédiction apostolique à l’œuvre de diffusion des messages de Garabandal, le 12 juin 1967.

Par ces paroles, ses encouragements à la diffusion du message et la modification du code Canon, le Pape Paul VI a témoigné de son profond attachement à ces Apparitions.

En janvier 1969, le Pape Paul VI demanda à l’évêque de Santander, hostile à Garabandal, de ne rien faire contre Garabandal et d’attendre, comme le faisait Rome, sans s’opposer à la diffusion du message.

Mais l’évêque de Santander avait déjà mis un point final à Garabandal.  De ce fait même, la note épiscopale de cet évêque se trouvait automatiquement nulle.

Dès 1971, Monseigneur Juan Antonio del Val Gallo (jusqu’à sa retraite en 1991), se rendant compte des défauts considérables dans le travail de la première commission, institua une nouvelle enquête (achevée en 1986).

À l’automne de 1986, il se rendit à Rome et soumit de nouvelles recommandations au sujet de Garabandal à la sacrée Congrégation de la doctrine de la Foi.

Après sa visite à Rome, l’évêque émit une directive autorisant les prêtres visiteurs à Garabandal à célébrer la messe dans l’église du village, mettant ainsi fin aux restrictions imposées en 1962.

Monseigneur del Val Gallo fut interrogé en 1992. Il confirma ses décisions antérieures et indiqua qu’il avait complété son étude en 1991, et qu’il en avait présenté les résultats au cardinal Ratzinger.

 

Nouvel évêque pour Garabandal

Un nouvel évêque, Monseigneur Manuel Sanchez Monge, né le 18 avril 1947 à Palencia,

a été nommé pour le diocèse de Santanders.  

Sa première action depuis son installation, le 21 juin 2015, a été d’interdire de parler de la Vierge de Garabandal sur la page officielle de la paroisse de Garabandal et aux dernières nouvelles il semble vouloir s’acharner contre ce lieu s’apparition !

 

Alors, que pourrait-il se passer maintenant, interdiction de parler des Apparitions de la Vierge, refuser aux  pèlerins de venir au village, de célébrer la messe dans la petite église comme auparavant ? Don Rolando se verra-t-il interdire de parler des apparitions, de concélébrer avec les prêtres venant pour Notre-Dame de Garabandal, de prier le 18 juin pour la dernière apparition de Saint Michel ?

 

Nous avons donc une situation semblable à celle mentionnée plus haut, lorsque l’évêque de l’époque avait désobéi au pape Paul VI.

 

Il est vrai que les prêtres et particulièrement les évêques n’ont pas digéré le message que la Vierge avait donné par l’intermédiaire de Saint Michel, disant que les cardinaux, les évêques et les prêtres, marchaient nombreux sur le chemin de Perdition et entraînaient avec eux beaucoup d'âmes !
De plus, à notre connaissance, Conchita n’a divulgué la date du Miracle à aucun évêque en place, mais seulement au Saint Office et au pape Paul VI, ce qui est frustrant pour ces ecclésiastiques !

 

Alors, faut-il obéir à l’évêque ? Comme cité plus haut, Paul VI nous donne la réponse lorsqu’il a supprimé les Canons 1399 et 2318 qui interdisaient de se rendre dans les lieux de pèlerinages non reconnus et d’en divulguer les messages. De plus il accorda la bénédiction apostolique à l’œuvre de diffusion des messages de Garabandal, le 12 juin 1967.

Donc, non seulement vous pouvez, mais il est nécessaire de propager les messages de la Vierge de Garabandal qui sont tout à fait conformes à la doctrine de l’Église catholique.

 

 

 

 

 

 

Retour