Les Amis de Garabandal

c/o Karlen - case postale 122

1211 Genève 19 - Suisse

E-mail : garabandal@bluewin.ch

www.lesamisdegarabandal.com

Accueil des Amis de Garabandal Suisse.

Historique et Messages.

Les Apparitions.

L'Avertissement... imminent ?.

Le Grand Miracle... imminent ?.

Le Châtiment.

L'Eglise et Garabandal.

Padre Pio et Garabandal.

Père Luis Andreu et Garabandal.

La consécration de la Russie.

Dévotions importantes.

Le Purgatoire.

Le Saint Scapulaire.

Histoire du Scapulaire.

L'Art de se confesser.

L'enfer existe, par l'Abbe Marcel Nault.

Voyage pour le Miracle.

Inscription pour le Miracle.

Organisateurs pour le voyage du Miracle.

Prophéties en attente.

Les trois Papes.

Fin des temps.

Joey Lomangino.

Qui est Bergoglio.

Le baiser de paix.

Le Feu sacré du tombeau du Christ.

Béatification de J-P II.

Les voyantes.

Itinéraire.

Liens.

Ou commander des Scapulaires

 

 

LE SAINT SCAPULAIRE DE NOTRE-DAME

DU MONT-CARMEL

 

Le Mont Carmel est un promontoire au nord de la Palestine non loin de Nazareth. Il servit de retraite au prophète Élie et à ses disciples, et devint le refuge de tous ceux qui attendaient le Sauveur. Devenus chrétiens à la première prédication des Apôtres, ces disciples d’Élie et d’Élisée construisirent en ce lieu le premier oratoire dédié à la Très Sainte Vierge Marie, ce qui leur valut le nom de « frères de la « Bien heureuse Vierge Marie du Mont Carmel ».

Au XIIIème  siècle, l’Ordre chassé par l’avance des musul­mans dut émigrer en Occident. Dans la nuit du 15 au 16 juillet 1251, la Très Sainte Vierge apparut à Saint Simon Stock, nouveau général de l’Ordre du Carmel, alors qu’il priait dans le couvent d’Aylesfort en Angleterre. Elle lui conféra de ses augustes mains le Scapulaire, vêtement distinctif des an­ciens Ordres d’Occident, et fit cette promesse : « Quiconque mourra revêtu de cet habit sera préservé des flammes éternelles ».

Cette promesse s’étant répandue parmi le Peuple chrétien, de pieux fidèles se mirent à porter sous leurs vêtements une réduction du dit Scapulaire.

Cinquante ans plus tard la Très Sainte Vierge apparut au Pape Jean XXII, lui rappela ses promesses antérieures et vou­lut y ajouter la promesse de la délivrance du Purgatoire le samedi suivant la mort non seulement en faveur des Carmes, mais encore de tous les fidèles portant le Scapulaire, qui voudraient s’agréger à la Confrérie de l’Ordre du Carmel.

Pour ce second privilège, dit « privilège Sabbatin », trois conditions étaient requises :

· Le port habituel du Scapu­laire.

· La chasteté de son état.

· La récitation quotidienne du petit Office de la Sainte Vierge.

Jean XXII fit connaître au monde chrétien ces promesses par la bulle « Sacratissimo culmine » du 3 mars 1317, surtout connue sous le nom populaire de Bulle Sabbatine.

Garder la chasteté de son état veut dire qu’il faut garder la chasteté complète dans le célibat et observer les lois du ma­riage dans l’état de mariage, ce qui n’entraîne aucune autre obligation que celles auxquelles est tenu tout chrétien.

Dans la suite de nombreux papes rappelèrent ces promesses et encouragèrent le port du Scapulaire du Mont Carmel. Citons : Clément VII en 1530 ; Paul III en 1534 ; Paul V en 1613 ; Clément X en l673 ; Innocent XI en 1678 ; Benoît XIV en 1723 ; Saint Pie X en 1910 ; Benoît XV en 19l6 ; Pie XII en 1950.

Le 13 octobre 1917, la Sainte Vierge est apparut aux enfants de Fatima avec le Scapulaire du Mont Carmel. Lucie a expliqué ensuite : « La Sainte Vierge voulait que tout le monde porte le Scapulaire, qui est le signe de la Consécration au Cœur Immaculé de Marie. Le Rosaire et le Scapulaire sont insépa­rables ».

Le Scapulaire du Mont Carmel, signe de la Consécration à Marie, est une réduction de l’habit religieux. Formé de deux morceaux de laine reliés par des cordons, il est porté sous les habits de telle manière qu’une partie pende sur le dos, l’autre sur la poitrine.

Il faut que le Scapulaire soit imposé par un prêtre, en utilisant l’une des deux formules de réception dans la Confrérie du Scapulaire, contenues au Rituel Romain.

Le petit Office de la Sainte Vierge prescrit pour le privilège Sabbatin, peut être commué par lui en une autre oeuvre (chapelet quotidien par exemple).

Lorsque le premier Scapulaire est usé, on le remplace soi-même par un nouveau, la bénédiction et l’imposition étant attachées au bénéficiaire pour sa vie entière.

Il n’y aurait aucun péché à cesser de porter le Scapu­laire une fois reçu, mais celui qui cesse de le porter cesse de béné­ficier des promesses. Celui qui le reprendrait après l’avoir abandonné quelque temps, même plusieurs années, n’a pas besoin de se le faire à nouveau imposer.

Le Pape Pie XI a permis de protéger le Scapulaire par une enveloppe (en nylon par exemple) pour éviter sa destruction trop rapide dans les pays chauds.

Faut-il dire que le port du Scapulaire dispense de porter sa croix chaque jour et de fuir le péché ? Certes non­, mais le port de l’habit qui fait de nous des serviteurs de la Très Sainte Vierge Marie sera une source de grâces qui nous ren­dront plus faciles les sacrifices et les renoncements, qu’exigent la fuite du péché et l’imitation de notre Sauveur.

N’oublions donc jamais la prodigieuse promesse : « Quiconque mourra revêtu de cet habit sera préservé des flammes éternelles ».

 

BENEDICTION ET IMPOSITION DU SCAPULAIRE

Bénédiction de l’habit - Le prêtre bénit l’habit
par une formule qui peut être commune à plusieurs.

 

Prions : « Seigneur Jésus Christ, Sauveur du genre humain, Daignez de votre main droite sanctifier cet habit que vos serviteurs et servantes, pénétrés d’amour pour Vous et Votre Sainte Mère, la Vierge Marie, porterons avec dévotion. Ainsi, par l’intercession de votre Très Sainte Mère, nous serons défendus contre l’esprit malin et persévérons dans vo­tre grâce jusqu’à la mort. O Vous qui régnez pour les siècles des siècles. Amen. »

Puis, le prêtre asperge les habits d’eau bénite.

1. Imposition de l’habit par une formule qui peu être commune à plusieurs.

 

«Recevez cet habit en priant la Très Sainte Vierge, qu’Elle vous obtienne par ses mérites, de le porter en vous gardant de toute tâche, qu’elle vous défende contre toute adversité et vous conduise à la Vie Éternelle. Amen.»

Après avoir dit cette formule, le prêtre impose, séparément sur chaque personne, le scapulaire.

2. Agrégation à la Confraternité du Mont-Carmel.

 

Le prêtre prononce une formule qui peut être commune à plusieurs : « Et moi, en vertu du pouvoir que j’ai reçu, je vous admets à la participations de tous les biens spirituels que les religieux du Mont-Carmel accomplissent avec le coopéra­tion de la Miséricorde de Jésus Christ. Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen. »

3. Bénédiction finale

Qu’Il daigne vous bénir, le Créateur du Ciel et de la terre, le Dieu tout puissant, qui a daigné vous admettre dans la confraternité de la Bienheu­reuse Vierge Marie du Mont-Carmel.

C’est Elle que nous supplions pour qu’à l’heure de votre mort, Elle écrase la tête du vieux serpent, de sorte que vous receviez la palme et la couronne de l’héritage éternel, par le Christ, Notre Seigneur. Amen. »

Aspersion d’eau bénite.

 

Commande de scapulaires :

Les Scapulaires peuvent être obtenus au prix de € 2.50 la pièce (+ frais d’expédition)

à l’adresse suivante :

Mère Prieure

CARMEL SAINTE THERESE

Ave de Ceinture 69

F-94000

CRETEIL

 

Tel. : 00331 42 07 40 96

Fax : 00331 42 07 58 67

 

 

Un Scapulaire a sauvé un vaisseau du naufrage

 

En 1845, le King of the Ocean quittait le port de Londres à destination de Botany, en Australie. Parmi les passagers figurait un pasteur protestant, le Révérend James Fisher, accompagné de son épouse et de leurs deux enfants, âgés de 7 et 9 ans. Le temps fut clément pendant les premières semaines de la traversée mais, lorsque le navire entra dans l’océan Indien, une tempête d’une violence inouïe, venant du nord-ouest, commença à balayer la mer. Les vagues en furie déferlaient sur l’embarcation, les voiles se déchiraient de toutes parts et le vaisseau n’était plus qu’un fétu de paille à la merci des vagues dans cette nuit terrifiante. L’ordre fut donné aux passagers de descendre dans leurs cabines. Il n’y avait rien à faire. On entendait seulement les ordres du capitaine, les cris de désespoir des marins et passagers et leurs prières s’élevant vers le ciel.

James Fisher, avec sa famille et quelques autres personnes, monta sur le pont et demanda à tous de se joindre à eux pour obtenir du Ciel pardon et Miséricorde. Parmi l’équipage se trouvait un jeune matelot irlandais, de la région de Louth, nommé John McAuliffe, qui entrouvrit sa chemise et en sortit un scapulaire. Il le brandit, fit un signe de croix et le lança dans la mer. Aussitôt les flots se calmèrent, la tempête s’apaisa et une dernière vague ramena aux pieds du matelot le scapulaire, celui-là même qu’il avait lancé quelques instants auparavant dans l’océan en furie. C’est ainsi que le navire put arriver sain et sauf au port de Botany.

Les seules personnes qui avaient remarqué le geste du matelot et le retour du scapulaire furent les Fisher. S’approchant avec un profond respect du jeune homme, ils lui demandèrent ce qu’était cette pièce d’étoffe brune, marquée des ini­tiales B.V.M. Une fois renseignés, ils promirent, sur place, d’embrasser la foi dont la protectrice et l’avocate est la puissante Vierge du Carmel, Notre Dame, Mère de Jésus, la « Bienheureuse Vierge Marie ».

Parvenus jusqu’à la ville de Sydney, les Fisher se rendirent dans la petite chapelle de bois de Sainte-Marie et furent admis au sein de l’Église catholique par celui-là même qui devait devenir Mgr Bede Polding, le tout premier évêque catholique d’Australie.

 

 

 

 

 

 

Retour